Occultation d’Isergina
vendredi 6 juin 2014

Le mercredi 24 juillet 2013, l’équipe de C2PU a observé avec succès l’occultation d’une étoile de magnitude 11.1 par l’astéroïde (1271) Isergina. Les occultations d’étoiles par un astéroïde sont des phénomènes sporadiques et très éphémères (quelques secondes). Afin de pouvoir les observer dans de bonnes conditions, il est nécessaire de disposer d’une caméra très sensible et pouvant faire des films à très haute cadence. De plus, il est également nécessaire de pouvoir dater avec une très grande précision (mieux que le millième de seconde) l’instant précis de chaque image du film.

C’est dans ce contexte-là que l’équipe de C2PU s’est doté d’une caméra EMCCD "Andor Ixon Ultra". Cette caméra très sensible a été financée par les BQR (Bonus Qualité Recherche) de l’OCA et du Laboratoire Lagrange. Elle permet de réaliser jusqu’à 56 images complètes par seconde. Au foyer d’un télescope de 1 mètre de diamètre, elle permet de filmer à cette cadence des étoiles de magnitude 16 (10000 fois moins brillantes que la plus faible étoile visible à l’œil nu). La camera est reliée à une antenne GPS située sur le toit du bâtiment, pour permettre une datation très précise de chaque image du film.

Les occultations d’étoiles par des astéroïdes sont des phénomènes très intéressants à observer. En effet, elles permettent de déterminer avec une grande précision la taille de l’astéroïde observé et parfois même sa forme. Pour cela, il est nécessaire de mesurer avec précision, depuis plusieurs stations d’observation, le temps durant lequel l’astéroïde cache l’étoile. Une telle observation produit ce que l’on appelle une "corde d’occultation" (chaque instrument observant le phénomène produit une corde d’occultation).

Afin de rendre les observations d’occultations très utiles, il est nécessaire que plusieurs instruments distants observent la même occultation. En regroupant l’ensemble de ces cordes, on peut reconstituer dans une certaine mesure la forme de l’astéroïde si elles sont assez nombreuses.
 


 

La vidéo ci-dessus montre les images réalisées lors de l’occultation ainsi que la courbe de lumière qui en résulte (luminosité en fonction du temps). Chaque nouveau point qui apparait sur la courbe correspond à l’image en cours. Le cercle jaune entoure l’étoile occultée que disparait complètement à un certain moment. L’occultation se traduit par une « cuvette » dans la courbe de lumière.

Suite au lancement du satellite Gaia en Automne 2013, qui observera avec une précision sans précédents la possition d’un billion d’étoiles, la technique des occultations peut devenir extremement efficace avec de predictions bien plus nombreuses et precises que celles disponibles jusqu’à présent.
 

Maxime Dévogèle

Paolo Tanga

et équipe C2PU