c2pu-en c2pu-fr
[c2pu]

Actualité

• Que peut-on voir à l’oculaire d’un télescope de 1 mètre à Calern ?
25 juillet 2015
Quoi de mieux qu’un observateur et dessinateur astronomique de renom pour retranscrire sur le papier ce que l’on voit à l’oculaire ? Laurent Ferrero a brillamment relevé le défi en venant passer la nuit du 24 au 25 juillet à dessiner à l’oculaire du télescope de 1 mètre Epsilon@C2PU. En effet, sur ce dernier, fraîchement mis en service, était organisée en juillet 2015 une « fenêtre visuelle », période pendant laquelle le télescope était en configuration Cassegrain simple et équipé d’un porte-oculaire.
Les nébuleuses planétaires M57, NGC 6765, PK80-6.1, NGC 7008 et les galaxies NGC 7741 et NGC 7814 choisies par Laurent montrent un bon aperçu des capacités d’observations visuelles sur ce télescope, avec un ciel correct à Calern.
Le compte rendu détaillé de cette nuit et l’ensemble des dessins disponibles sur le blog de Laurent Ferrero : 
 
 

 La nébuleuse planétaire M57, dessinée par Laurent Ferrero, à l’oculaire du télescope de 1 mètre Epsilon@C2PU.

 
 
 
 
 
 
 

 

  
• La nuit des coupoles ouvertes
20 juin 2015
Tous les deux ans, l’Observatoire de la Côte d’Azur organise une « Nuit Coupoles Ouvertes » sur son site du Plateau de Calern. Pour l’édition 2015 de cet événement, C2PU est en mesure de présenter au public ses deux télescopes de 1 mètre complètement fonctionnels.
Toute l’équipe du C2PU est là pour vous présenter les deux instruments et pour répondre aux nombreuses questions du public : « Qu’y avait-il avant C2PU », « Comment fonctionnent les télescopes ? », « Quelles sont les observations réalisées aujourd’hui ? » … Le récit de l’aventure captive les grands comme les petits.
 

C2PU avec ces deux télescopes de 1 m.

 

 Pour en savoir plus ... 

 
 

 

• Surveillance spatiale au C2PU !
18 juin 2015

Les 17 et 18 juin dernier, le télescope ouest de C2PU a été utilisé pour un projet scientifique de surveillance spatiale. Différents objets orbitaux issus de la fusée Ariane 5 ont pu être suivis par le télescope sur une portion de leurs orbites de transfert géostationnaire (GTO Geostationary Transfer Orbit). Un étage supérieur laissé par la fusée derrière elle lors de la mise en orbite géostationnaire d’un satellite a par exemple été suivi. On peut voir les variations de luminosité de la tache-image qui suggèrent une rotation de l’objet sur lui-même. Cet objet en orbite, à près de 30 000km d’altitude, a dans ce cas été observé à l’aide d’une caméra infrarouge placée au foyer de C2PU. La cible restant au centre du champ du télescope, on peut observer quelques étoiles défiler dans ce même champ. Des améliorations de la vitesse de pointage de C2PU sont prévues. Cela permettra dans le futur de suivre des objets dérivants plus vite donc se situant à des orbites plus basses.
Cette recherche est effectuée dans le cadre d’une collaboration entre le laboratoire ARTEMIS (CNRS/OCA/UNS) et Airbus Defence and Space avec le support de l’ANRT dans le cadre d’un contrat de thèse CIFRE.
 

Débris de la fusée Ariane 5 vu par une caméra infrarouge installée sur le télescope Omicron du C2PU

 

  
• Première lumière du télescope Est !
20 mai 2015

Après une gestation particulièrement longue, le télescope Est de C2PU (dit télescope Epsilon) a enfin pu voir sa première lumière. Pour l’occasion, toute l’équipe de C2PU (Lyu Abe, Philippe Bendjoya, Cécile Dimur, Jean-Pierre Rivet, Olga Suarez et David Vernet) s’est réunie à Calern, en compagnie de Marco Scardia, mécène du projet C2PU et de Farrokh Vakili, directeur de l’OCA.

Au premier plan, le support du miroir tertiaire surplombant le miroir primaire de 1 mètre. Le miroir secondaire, tenu par « l’araignée », se reflète dans le miroir primaire.

 Pour en savoir plus ... 

Autres annonces >>>